[TEST] Super Smash Bros. Ultimate

4 ans après un double épisode sur 3DS et Wii U, Super Smash Bros., revient en force avec une cinquième aventure sur Nintendo Switch intitulé « Ultimate » et dont le slogan aura suffit a représenter le jeu à lui tout seul : « EVEYRONE IS HERE ».

Combattants face à Kilaire - Smash Ultimate

Nous sommes de retour…

Car derrière cette catch phrase particulièrement représentative du jeu, ne se cache pas la promesse de voir tous les personnages de Nintendo jouables (RIP Geno ou Waluigi, votre heure viendra peut-être un jour…), mais plutôt le retour de l’intégralité des combattants précédents. De Mario à Bayonetta, en passant par Pichu, Link Enfant ou Wolf, sans oublier les personnages d’éditeurs-tiers comme Snake, Ryu et Cloud, ils sont tous là ! Rajoutons à cela onze petits nouveaux parmi ceux les plus demandés comme les Inkling (Splatoon), King K. Rool (Donkey Kong) ou Ridley (Metroid) et vous atteignez le nombre astronomique de 74 personnages jouables ! Nombre qui augmentera encore grâce à l’arrivée de DLC gonflant un peu plus les rangs des combattants.

De plus, Ultimate propose la quasi-totalité des stages apparus à travers les quatre autres épisodes de la série, ainsi que quelques nouveaux, sans parler de ceux qui accompagneront chaque combattant additionnel. D’entrée de jeu, Super Smash Bros. Ultimate place donc la barre très haut.


« Colors weave into a spire of flame… »

Intro - La Lueur du Monde

Et malgré cet aspect « best-of » Smash Ultimate nous offre tout de même quelques nouveautés, à commencer par un tout nouveau mode Aventure. Bien loin de l’ « Emissaire Subspatial » , « La Lueur du Monde » permet de nous introduire aux esprits, digne héritiers des vignettes de Brawl et autres Equipements de Smash 4. Pour faire simple, il s’agit de personnages de jeu-vidéo ayant été séparé de leur corps. Une fois associé à un combattant, l’esprit peut prêter main forte à ce dernier. Cela peut passer par un boost d’attaque, la possibilité de commencer un match avec un objet spécifique en main ou encore voir sa défense augmenter si nos pourcentages deviennent élevés.

Kilaire - Smash Ultimate
Oui, Kilaire est… une boule avec des ailes !

Pour revenir à « La Lueur du Monde« , ce dernier propose un simili-scénario : Kilaire, le démon de la lumière a capturé tous les combattants du jeu pour se créer une arme de double maléfique. Seul Kirby échappe à l’attaque et devra libérer ses compagnons en traversant un monde en ruines, mais riche en fan service (mention spéciale aux quelques donjons, nous plongeant sans détour dans l’un des univers représenté par un combattant).
Grosso modo, il faudra enchainer les combats contre des IA contrôlées par des esprits. L’originalité de ces matchs vient du fait qu’ils ont été pensé pour référencer un maximum de personnages iconiques. Par exemple, vous vous retrouverez confronté à un Carapuce contrôlé par l’esprit de Tortank. Pour ce match, Carapuce sera 3 fois plus grand et sa Défense sera grandement augmentée histoire de rendre hommage à l’évolution finale du Pokémon tortue.
Voici donc toute la force du concept des esprits : référencer un maximum de personnages connus du jeu-vidéo d’hier et d’aujourd’hui grâce aux combattants présents dans Smash. C’est cependant également sa principale faiblesse pour peu qu’on ne saisisse pas les références. Et à moins d’avoir une très grande culture, ne serait-ce que de l’univers Nintendo, vous passerez certainement à côté de l’intérêt de plusieurs matchs et votre périple se transformera en une succession de combats sans lien entre eux, comme pouvaient l’être les événements des précédents épisodes.


Carte - La Lueur du monde - Smash Ultimate
De longues heures de jeu vous attendent…

Vous l’aurez compris, malgré la présence de Kilaire en tant qu’antagoniste principal et de ses quelques lignes de background, nous avons bel et bien affaire à un mode aventure sans fil rouge. En effet, ce dernier n’a pas de réelle intrigue (cela se résume à « sauvez les combattants ») et se ne sont pas les rares cinématiques mettant en scène Kilaire qui changeront la donne.

Néanmoins, je serais malhonnête si j’omettais de parler des quelques options qui s’offrent à nous au cours de l’aventure. Accessible dès le début, vous aurez l’occasion de remplir l’Arbre des talents, histoire d’obtenir toujours plus de bonus. Ces derniers s’obtenant grâce à des sphères que vous gagnerez après vos combats.
Autre feature présente, la présence de PNJ, dont une fois l’esprit délivré de l’emprise de Kilaire vous offiront leur aide. Certains tiendront une boutique vous permettant d’obtenir quelques esprits en plus quand d’autres entraineront ces derniers. Bref, il y a de quoi faire et l’absence de scénario n’est pas si dérangeant. Surtout qu’il vous tiendra en haleine pendant une bonne vingtaine d’heures


Mais qui dit Smash Bros. dit aussi collection. Et avec les esprits, vous aurez de quoi faire puisqu’ils sont, à l’heure où j’écris ces lignes, au nombre de 1302 ! Remplaçant les trophées, vous en trouverez un certain nombre durant « La Lueur du Monde » . Mais la plupart seront à débloquer via le « Tableau des Esprits » : un sous-mode du menu Esprits où vous vous retrouverez à… enchainer les combats d’esprits. La différence avec le mode aventure réside dans le fait que vous choisissez parmi une petite sélection quel esprit vous affrontez.


Techniquement meilleur que jamais !

Inkling et Wolf à Termina

Si le mode esprit est bel et bien la principale nouveauté de ce Smash Bros., ce n’est pas pour autant que les modes traditionnels n’ont pas eu le droit à un joli dépoussiérage tout comme l’aspect technique.

Graphiquement, les joueurs de Smash for Wii U ne seront pas dépaysés puisque son esthétique est similaire à celle de Ultimate. Bien entendu, ce dernier présente quelques effets visuels supplémentaires par rapport à son ainé le rendant encore plus joli et agréable à regarder.
De plus, non content de proposer presque tous les stages connus jusqu’alors dans un seul et même jeu, Sakurai et Bandai Namco nous proposent des versions HD des terrains de Melee et de Smash 3DS tout simplement magnifiques. De quoi re-découvrir ces terrains sous un jour nouveau.


Banque sonore - Smash Ultimate
Bonne écoute !

Et pour que la nostalgie soit totalement au rendez-vous, vous pourrez compter sur les musiques du jeu. Et de ce côté-là aussi, il y a de quoi se régaler ! Plus de 850 morceaux sont présents allant des reprises désormais connues aux nouveaux remix sans oublier les thèmes originaux et bien entendu, le thème officiel du jeu : Lifelight ! Que vous les écoutiez à la suite ou dans une playlist que vous aurez crée au préalable en ayant mis la Switch en veille, la console se transformant en baladeur MP3, ou bien en combattant après avoir réglé la fréquence d’apparition de chaque musique sur chaque terrain (on est fan ou on ne l’est pas), Ultimate saura vous marquer auditivement parlant !


Mais que serait un jeu de combat sans un gameplay aux petits oignons ? Si Smash Wii U était nettement plus nerveux que Brawl, Ultimate surpasse son ainé avec une maniabilité plus rapide et précise que jamais. Ce n’est certes pas aussi exigent que l’est Melee, mais le gameplay d’Ultimate reste très plaisant. Et le meilleur ? Le jeu reste toujours aussi accessible et prenant pour les joueurs les moins initiés à Smash Bros..
Et qu’importe votre niveau, chaque joueur trouvera son bonheur au vu du nombre de paramètres et de règles qui s’offrent à nous. Entre la possibilité de sauvegarder et de nommer ses règles, le mode tournoi, les Smash Spécial ou le nouveau Smash en bande (permettant à deux équipes de 3 ou 5 joueurs de s’affronter), chacun y trouvera son compte.


Choix des règles - Smash Ultimate
Créer vos règles, et bon combat !

Un bon gameplay commence par une bonne maniabilité. Comme le veut la tradition, vous aurez un large choix à votre disposition : Joy-Con seul, en duo sur leur Grip ou accroché à la Switch, chacun pourra trouver sa préférence. Si bon nombre de joueurs vous diront que le must est et restera la légendaire manette GameCube, le Pro Controller Switch pourrait vous surprendre, d’autant plus si vous avez pris l’habitude de l’utiliser dans d’autres jeux.


Ensuite, jeu de Sakurai oblige, Ultimate peut se vanter d’avoir une fluidité exemplaire. Il y a bien quelques moments où le jeu accuse de légères baisses de frame rate, notamment pendant les matchs à 8 ou les Smash en Masse, mais rien de bien méchant toutefois.


Se la jouer solo, pourquoi pas ?

Mode Classique - Smash Ultimate
« Chacun sa route, chacun son chemin… »

Si vous êtes friand d’expériences solo, Ultimate aura également de quoi vous satisfaire. En plus du mode aventure, ce cinquième épisode voit le retour du mode Classique dans sa formule d’origine. Et là encore, Sakurai et son équipe arrivent à remanier la formule sans la dénaturer ! Désormais chaque combattant possède sa propre « route », customisé en fonction de ses origines. Par exemple, Amphinobi affrontera des combattants en rapport avec certains types Pokémon comme Bowser pour le type Feu ou Ryu et Ken pour le type combat. Je n’en dirais pas plus mais nous avons là le mode Classique le plus abouti de la série qui cache bien des surprises…


Tableau des esprits - Smash Ultimate
Sélectionnez et affrontez les différents esprits !

Toujours du côté du solo, les Smash en Masse sont également de la partie. Cependant, seuls le Smash contre 100 et le Cruel ont répondu à l’appel. Pour l’occasion, le All-Star n’est désormais plus un mode à part et intègre les Smash en masse. Fini les traditionnels zones de repos avec ses objets de soin n’attendant que d’être utilisés. Désormais, vous affrontez l’ensemble du casting en boucle, le but étant de faire un maximum de K.O.. Dommage d’avoir réduit un mode dont le concept était un chouïa original jusqu’à présent.
On se consolera un tant soit peu en se disant que chaque mode solo peut être joué à deux joueurs, de quoi varier toujours plus les plaisirs.


Autre changement également étrange : les mini-jeux, pourtant devenus récurrents avec le temps, sont aux abonnés absents. Point de Home-Run Contest ou de Target Test. Cela en décevra certains et en laisseront de marbre d’autres, mais pour un épisode se voulant « ultime« , ce genre d’absence a quoi de surprendre.


Votre online, avec ou sans lag ?

Sélection des combattants - Smash Ultimate
Il y en a pour tous les goûts !

Enfin, dernier mode et non pas des moindres : le online ! Il n’est plus question de choisir entre « Pour le fun » ou « Pour la gloire » puisque vous choisissez directement les règles avec lesquelles vous souhaitez combattre… en espérant qu’un autre joueur ayant choisi des règles similaires soit également connecté. Il y a donc une chance de se retrouvez à Pac-Land pendant 2 min alors que vous souhaitiez disputer un match sur Destination Finale en 3 vies. Hormis cela, il est désormais possible d’attendre un match en profitant du reste du jeu. Vous pourrez par exemple consulter votre avancement des défis en attendant patiemment votre match.

Autre nouveauté, vous pouvez créer ou rejoindre une arène qui accueillera jusqu’à 8 joueurs qui combattront selon les règles établies. Si cela permet d’avoir un meilleur contrôle de ces dernières qu’en partie rapide, ce sera surtout le moyen d’affronter vos amis puisqu’une arène peut soit être publique soit uniquement destinés à ces derniers.

Et puisque la fluidité d’un match en ligne dépend de la connexion des joueurs, vous aurez probablement tendance à privilégier cette option, histoire de mener vos matchs dans les meilleures conditions possibles.


Ultimate, vraiment ?

Pantin des combattants - Smash Ultimate
Le mode aventure vous permettra de débloquer les combattants.

Parler en détail de tout le contenu de Super Smash Bros. Ultimate serait impossible dans un test tant il est vaste. Ce nouvel épisode est plus beau, fluide et agréable à jouer que jamais. Regorgeant de toujours plus d’options et d’informations, Masahiro Sakurai nous livre un cinquième Smash Bros. mémorable qui risque de faire office de référence pour un long moment pour la série, éclipsant, sans mal, son grand frère sur 3DS et Wii U.
Super Smash Bros. Ultimate porterait-il son nom comme un gant ? Pas exactement, je préférais plutôt utiliser le terme « Essential » (essentiel en anglais) à son sujet. Puisque malgré ses nombreuses qualités, il se retrouve tronqué de quelques modes qui auraient pu le faire passer pour LE Smash Bros. Les autres Smash en Masse, les mini-jeux, un Smash Boss, le mode All-Star; ce genre de modes qui ont contribué au succès des précédents épisodes manquent.


Et pourtant, fou serais-je de ne pas apprécier Ultimate tant il réussit encore, après 20 ans, à nous surprendre, à innover et à améliorer ses acquis. Il reste un monstre dans le paysage vidéoludique et un must have de la Switch. Véritable synthèse d’un concept dont les limites ne semblent pas exister, du haut de son roster démentiel accompagné par son ras-de-marée de stages et son mode aventure qui démangera notre collectionite.
Accessible à tous et partout, Super Smash Bros. Ultimate n’a peut-être pas un contenu exhaustif mais réussi à nous proposer le meilleur de ce que peux offrir la série !

Que vous soyez seul, amateur ou vétéran de Super Smash Bros., il y aura toujours quelque chose à faire. Nintendo nous livre un nouveau billet pour des dizaines de dizaines d’heures de jeu sur Switch. N’hésitez pas et foncez ! Sur ce, que le combat commence !

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/01/2019

    […] que mon test de Smash Ultimate est dispo, je me permet de revenir une nouvelle fois sur le jeu pour, cette fois-ci, parler de mon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *