Splatoon, ce jeu élitiste

Si la Wii U a été souvent critiqué de part ses ventes catastrophiques, elle a permis à Nintendo de proposer aux joueurs, une toute nouvelle licence : Splatoon. Forcément, il y avait de quoi être enthousiasme, tant Nintendo peine à créer de nouvelles franchises ces derniers temps.

Splatoon nous a été présenté comme le jeu multijoueur par excellence. Nintendo nous a assuré que nous faisions face au « Mario Kart des jeux de tirs » et c’est vrai. Splatoon est très accessible et le fun est au rendez vous. Si le constructeur de console que nous chérissons est connu pour proposer des jeux familiales et jouable par tous, Splatoon a comme objectif non caché de rentrer dans le petit monde de l’eSport.

Ironiquement, les joueurs n’ont pas attendu que Nintendo réalise le potentiel compétitif de ses propres jeux pour organiser de nombreux tournois sur divers jeux. Les exemples sont nombreux mais lorsqu’on parle d’eSport et de Nintendo, le premier à venir en tête est sans conteste Super Smash Bros. Melee qui présente une grande popularité après plus de 15 ans d’existence. Pour revenir à Splatoon, la plupart du contenu du jeu est assez grand public et il faut se diriger vers les « matchs entre amis » pour dénicher le potentiel compétitif du titre.

Inkling VS

Tous les coups sont permis !


"Le Mario Kart des jeux de tir"

Nintendo nous a promis du fun illimité…

En effet, les Guerres de Territoires servent surtout à prendre en main les différentes armes quand les matchs pro proposent un réel challenge bien que ces derniers soient mal gérer. Le problème n’est pas tant qu’il faille jouer en dehors des parties lambda pour pouvoir jouir de quelques parties en bonne et due forme, après tout, les parties online classique ne sont pas conçu pour ça. Non, ce qui me gène, c’est la quasi absence d’équilibrage concernant les matchs pro.

J’ai déjà évoqué la pertinence du système de rangs du jeu donc je vais aborder le problème d’une façon plus générale. Lorsqu’un match pro se lance, l’objectif est clairement de gagner et d’augmenter son rang. Parfois on perd, parfois on gagne; dans tous les cas nous progressons. Seulement, il est réellement difficile d’appréhender le contenu de chaque partie : que ce soit le mode et les maps disponibles ou encore l’historique de nos adversaires et de nos alliés. Sont-ils d’anciens S déchus revenu au rang A+ ou viennent-ils d’accéder à leur nouveau rang après d’éprouvantes parties en A ?

Guerre de Territoire

… et il ne s’est pas foutu de nous.

Bref, à chaque rotation, nous devons composés avec les éléments que nous impose le jeu. Que faire au Centre Arowana en Bazookarpe si c’est la première fois que nous jouons avec cette combinaison mode/terrain ? Car si il existe une tier-list dans différentes armes, chaque terrain présente des astuces, raccourcis (souvent différents selon le mode) et la connaissance de ces derniers est souvent primordiale pour remporter la victoire, surtout dans les rangs les plus avancées.

Le problème étant qu’il est relativement difficile de s’améliorer puisque les joueurs ne contrôlent pas la plupart des possibilités offertes par le jeu. Par exemple, que faire si j’ai l’habitude d’utiliser le Calibre 3000 en Mission Bazookarpe mais que je suis plus à l’aise sur les Docks Haddock avec mon Rouleau Carbone ? Et si finalement j’opte pour le Nettoyeur Duo, est-ce que mon arme sera cohérente avec celles prises par mes alliées ?


Match en groupe

Les matchs pro avec un/des ami(s) est une alternative appréciable.

Dans ce contexte, la progression d’un joueur voulant s’améliorer sans forcément se lancer dans la compétition devient assez lente et hasardeuse. Car si rien n’empêche d’organiser des parties privées sans que cela ne ressemble à un tournoi, il est tout de suite plus difficile de réunir 8 joueurs ayant plus moins la même motivation autour du jeu. Autre problème, les points attribués en fin de match pro dépendent en grande partie de l’issue de l’affrontement. Seulement, peut-on réellement considérer que l’on joue en équipe avec 3 autres joueurs quand bien même il est impossible de communiquer avec ces derniers ? Pour parler en connaissance de cause, se coordonner peut devenir réellement problématique. Par exemple, il m’est arrivé plusieurs fois de créer un chemin pour le porteur du Bazookarpe alors que ce dernier avait choisi de passer par un autre endroit.

Tournoi Splatoon

C’est en tournoi que Splatoon révèle son vrai potentiel.

Vous me direz que c’est normal pour des parties online, qu’on ne peut pas toujours tout contrôler, et que le hasard fait partie du charme du jeu. Mais pour le coup, je vous dirais que Splatoon reste une sacré exception dans l’univers Nintendo. J’en veux pour preuve les deux références multijoueur que sont Mario Kart et Super Smash Bros.. Dans les deux cas, nous avons du multi offline et online de qualité. Pas besoin d’être nombreux pour apprécier ces jeux puisque les bots peuvent combler le manque de joueurs pour le premier et que les duels sont la base pour le second.

Dans le cas de Splatoon, le jeu ne propose pas de multijoueur local équivalent à celui en ligne. Et encore une fois, pour pouvoir jouer à plusieurs de manière optimale, il faut réunir soit quatre joueurs en « match en groupe », soit huit joueurs pour un contrôle total sur les participants, le mode et les terrains. Tout ça pour dire que l’expérience multi de Splatoon reste assez contraignante, du au parti-pris de Nintendo de créer un jeu principalement orienté multijoueur en ligne.


Oui, Nintendo a réussi son pari de créer une nouvelle franchise présentant un grand intérêt compétitif. Mais à contrario, les parties online semblent bien fades à côté. Car si il est évident qu’à force d’enchaîner les matchs nous progressons, pouvoir choisir ses alliés et s’adapter aux quelques duo mode/terrain permet sans nul doute une progression plus réaliste car plus contrôlée et encadré.

Splatoon a un potentiel compétitif, nul doute à avoir là-dessus, mais cet aspect montre également que le contenu accessible à tous, n’est pas moins bon mais plus aléatoire. De là à parler de Splatoon comme d’un jeu élitiste, il n’y a qu’un pas.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *