PGW 2018 – Super Smash Bros. Ultimate

Avec Ultimate, j’ai l’espoir de retrouver la hype pour Smash Bros., après avoir été déçu pour l’épisode Wii U. Voilà pourquoi j’avais extrêmement hâte de le tester, après avoir été assez convaincu par les différentes annonces autour du jeu.

Stand Super Smash Bros. Ultimate - Côté tournoi


Stand Super Smash Bros. Ultimate - Frise des combattants

Everyone is Here !

Esthétiquement, le jeu a été développé sur les bases de Smash Wii U et ça se sens. Est-ce un reproche ? Pas du tout puisque hormis un premier coup d’œil innocent, on se rend vite compte que, comme tout bon jeu reposant sur le développement d’un précédent épisode, les graphismes ont droit à une seconde jeunesse. Tout ça pour avoir un rendu plus coloré et toujours plus agréable à regarder.

De prime abord, je pensais que Sakurai nous proposerait le gameplay de Smash 4 avec juste quelques améliorations ici et là. Au fil de mes parties, je me suis rapidement aperçu que cela allait plus loin : le gameplay est bien plus exigeant que précédemment. Ayant joué relativement peu à Sm4sh (en comparaison à Brawl ou à d’autres jeux comme Splatoon), j’aurais fort à faire pour m’habituer aux nouvelles spécificités de cet épisode. Rien que la vitesse de déplacement et la nouvelle esquive aérienne demande de revoir les bases du jeu.

Niveau maniabilité, j’ai eu la chance de pouvoir tester la manette GameCube et le Pro Controller Switch. C’est avec grand plaisir que j’ai ressenti des sensations similaires. Pour la première fois depuis Melee, la noble manette GC a enfin de la concurrence sérieuse. Même si j’imagine que la plupart des joueurs vétérans resteront sur leur acquis, c’est un constat qui fait plaisir. Il faudra néanmoins prendre le temps d’analyser si le Pro Controller est capable d’être une alternative digne de ce nom. Et ce n’est pas après ma poignée de match que je pourrais délivrer un constat clair et précis.

Cloud VS Inkling VS Pikachu VS Corrin - Smash Ultimate

Devinez qui je joue.

Bien entendu, j’ai de suite essayé de jouer avec l’Inkling. Si ce n’est pas un combattant facile à prendre en main, je pense qu’il y a moyen de se faire plaisir lorsque l’on commence à bien le manier. Quoiqu’il en soit, j’ai apprécié mes matchs avec, mais c’est surtout en regardant quelques matchs du tournoi que j’ai ressenti tout le potentiel et le fun qui s’en dégage.
J’ai également testé rapidement Ridley. Était-il vraiment indispensable de préciser qu’un débutant ne s’en sortira pas avec un tel combattant ? Si le fun était au rendez-vous, j’ai encore plus galéré à sortir des coups cohérents. Bien que mon unique match avec ce dernier fut sympa, je ne pense pas jouer avec lui à terme.


Bref, je suis très content de ce premier contact. J’aurais fort à faire pour me familiariser avec le gameplay de Ultimate et cela sera d’autant plus jouissif une fois les nouvelles bases acquises. Sachant que je n’ai pu tester qu’un seul aspect du jeu, les différents modes solo et autres options disponible confirmeront que nous avons là un très bon Smash Bros.. (pour ne pas dire le meilleur).

La hype est donc, plus que jamais présente. Et il me tarde d’être le 7 décembre pour remonter sur le ring et faire chauffer ma Switch !

Aquateur, Mâmotto et Ktoutkou - Super Smash Bros. Ultimate

Petit souvenir d’une belle session-découverte.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *