Paris Games Week Symphony 2018

Mon expérience de concerts symphoniques se limite à ceux de The Legend of ZeldaParis Games Week Symphony était donc mon tout premier concert généraliste. L’occasion de découvrir l’ambiance musicale de nombreuses licences qui me sont inconnus à ce niveau-là.

Paris Games Week Symphony

Que le concert commence !


Paris Games Week Symphony - Castlevania

Castlevania ou comment réviser ses classiques avant Smash Ultimate !

Période d’Halloween oblige, ce sont les musiques de Castlevania et Silent Hill 2 qui ont ouvert le bal. Présenté par Tommy Tallarico, l’homme derrière la série de concert « Vidéo Games Live», ce dernier fit office d’animateur tout au long de la soirée et nous a gratifié de son talent de guitariste, accompagnant quelques morceaux de notes rock ! C’est ainsi que s’enchaîna les musiques de  Bioshock, Halo ou encore Mass Effect, pour le plus grand plaisir d’un public chaud et au rendez-vous. Si nous avons fait face à quelques soucis techniques, Tallarico mis son humour et son énergie au service du public, le temps que régler ce léger contre-temps.

Le tout était régulièrement entrecoupées de séquences humoristiques de type « mash-up » où certaines franchises du jeu-vidéo se rencontraient. Nous avons eu le droit à Sonic débarquant dans l’univers de Pac-Man ou encore Scorpion de Mortal Kombat venant donner une bonne leçon à Donkey Kong, du haut de ses échafaudages.

Paris Games Week Symphony - Pokémon

Une setlist variée pour un super concert !

Mention spéciale au passage de Undertale mis en scène via les écrans géants avec de magnifiques séquences animées et autres fanart réalisés par des fans. Le genre d’initiative qui rappel que certaines éditeurs sont plus à même de mettre en avant le travail des fans que d’autres.

Si la plupart des licences représentées étaient d’origine américaine, le Japon ne fut pas en reste. Accompagnant Castlevania et Silent Hill, nous eurent droit à du Resident Evil, Final Fantasy, Kingdom Hearts, The Last of Us,  Zelda et Pokémon. Je n’ai aucune idée des démarches à faire pour avoir le droit de jouer telles musiques en concert ou d’illustrer ces reprises par des images de jeu, mais tout me laisse croire que c’est un processus requiérant de nombreuses négociations. Si tout semble s’être bien passer avec Konami et Sony, l’ambiance n’a pas du être du même acabit avec Square Enix et Nintendo.

Paris Games Week Symphony - Kingdom Hearts

La mort de Mufasa en concert, qui l’eût cru ?

Concernant le premier, le morceau de Kingdom Hearts était accompagné non pas d’extraits de jeux, mais bien d’extraits de films Disney ! À croire que la compagnie américaine est plus ouverte que le studio japonais. Concernant Final Fantasy X, c’est une séquence jouée par des cosplayeurs qui servit de visuel.

J’ai gardé le meilleur pour la fin : le cas de Nintendo. Concernant Zelda, ce fut le thème principal au fut joué. Étant habitué aux medley de Symphony of the Goddesses, je fus quelque peu déçu. D’autant plus que ce n’est pas la première fois que Zelda est représenté dans les « Vidéo Games Live » puisque plusieurs medley ont déjà été joués.
Mais ce fut la séquence montrée qui me fit réaliser à quel point Nintendo souhaitait vraisembablement tout contrôler. Cette dernière était composée de plusieurs vidéos officielles dont des trailers. Bien que ce ne soit pas gênant, cela restant représentatif de l’univers et ce qui importe reste avant tout la musique. Sauf quand certains passages montrés proviennent d’une version bêta de Twilight Princess, car non présents dans le jeu que nous connaissons tous.

Paris Games Week Symphony - Pokémon

Le légendaire générique en live !

Sans trop de surprise, Pokémon fut représenté par le tout premier générique de l’animé, chanté par Jason Page lui-même (le chanteur original du générique). J’ai beaucoup apprécié l’arrangement fait pour l’occasion. De quoi savourer cet instant particulièrement épique. Là encore, j’ai été surpris des visuels utilisés. Si il s’agissait en grande partie de séquences officielles, certains provenaient de parodies et de mêmes. Un mélange on ne peux plus surprenant.

Pour en terminer sur les droits, je pense que Nintendo veut limiter une potentielle concurrence avec ses propres concerts symphoniques Zelda et Pokémon d’où des interprétations pas mauvaises en soi mais très lisses et manquant ainsi de fan service.


Rencontre avec Jason Page

« I wanna be the very best, like no one never was »

En conclusion, j’ai été ravi d’assister à ce magnifique concert. J’ai découvert de superbes musiques et les arrangements de celles que je connaissais étaient très agréables à l’oreille. Je rajouterais que certains morceaux étaient accompagnés de cinématiques présentant quelques lignes de dialogues, rendant le tout extrêmement immersif.

Le concert s’acheva sur une séance de dédicace et photos, ce qui fut prétexte à l’achat d’un poster Pokémon vintage et de CD de précédents concerts qui portent désormais les signatures de Jason Page, Tommy Tallarico et du chef d’orchestre du Yellow Socks Orchestra.

J’ai désormais hâte de pouvoir découvrir d’autres concerts symphoniques reprenant des airs nouveaux ou qui ont bercés mes oreilles, manette en main. Sur ce, je vous laisse découvrir la setlist de ces deux heures de musique inoubliables.

Paris Games Week Symphony - Setlist du concert

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *