La NES Mini

En novembre 2016, Nintendo sortait une nouvelle console… la NES Mini ! Une console au look de la NES en miniature embarquant 30 jeux phares de la console. Si elle a connu un grand succès (modéré par les ruptures de stock rappelons-le), elle n’a pas échappé à de nombreuses critiques un peu partout sur le web. « Mais c’est nul, il n’y a que 30 jeux » ou encore « Bof, je fais la même chose avec un Raspberry Pi pour moins cher » ou les très célèbres « SEGA fait mieux » et « De toute façon, je vais pas payer pour un truc que je peux avoir gratuitement ». C’était prévisible que ce genre de commentaires surgissent, tout comme ils sont, en un sens compréhensibles. Mais je pense qu’il faut, en réalité, voir les choses autrement.


Pub NES Mini

Qu’apporte la NES Mini ?

Nintendo le sait, le retrogaming est une tendance qui fonctionne. Les boutiques Console Virtuelle de la Wii, Wii U et 3DS en sont des parfaits exemples. Nous pourrions nous dire : « quel intérêt a Nintendo d’en remettre une couche alors que la NES Mini n’apporte rien de plus à l’offre officielle déjà proposée » ? La réponse est évidente : la nostalgie ! Mais de manière plus poussée. La NES est une console culte. De par ses jeux bien évidemment mais aussi de part la console en elle-même. Cette dernière est tout aussi populaire que ses jeux. Et combien de fois nous lisons/entendons que « le dématérialisé c’est le mal », que « rien ne remplacera une boîte de jeu accompagné de sa cartouche/CD » ? Ce principe s’applique aussi bien aux jeux vidéo qu’aux consoles.

En gros, jouer aux jeux NES c’est bien, y jouer sur NES c’est mieux. Pour cela, il y a, la plupart du temps l’alternative du marché de l’occasion. Mais trouver une NES en bon état avec quelques jeux, ce n’est pas forcément à la portée du premier venu. Du moins, à celle du joueur lambda désireux de goûter à une expérience vintage et qui ne veut pas s’embêter à chercher son matériel pendant des jours, souhaitant jouir dans les plus brefs délais d’une expérience vidéoludique satisfaisante. La NES Mini répond donc parfaitement à cette problématique. Avec cette dernière, il est possible de jouer dans les meilleures conditions à la NES et d’avoir directement 30 jeux parmi les plus connus de la console.


Sélection qualité image

Le fan service poussé à bloc !

Venons-en maintenant à son prix. En France, la NES Mini fut lancée à 60 euros. Si cela peut sembler cher à certains, rappelons qu’un jeu NES est vendu à 4,99 euros en Console Virtuelle. Pour la même quantité de jeux, nous atteignons rapidement les 150 euros. Et c’est sans compter le fait d’avoir la manette originale, indispensable pour que la magie opère réellement.
Ensuite, vient la question de la concurrence officieuse. Effectivement, les alternatives moins chères, voire gratuites existent et existeront toujours. Mais d’un, cela ne remplacera jamais le fameux « culte de l’objet » et le fait de savoir que nous possédons un produit officiel. De plus, même si il est possible de faire des merveilles de customisation avec le Raspberry Pi, je vois mal le grand public se lancer dans un tel projet qui reste au final une solution pour un public un minimum averti et peut-être un peu trop longue à mettre en place en comparaison avec ce que propose Nintendo.


Enfin, je me devais d’aborder le sujet de la concurrence faite par les re-sorties de consoles SEGA. De ce que j’ai compris, ce n’est pas SEGA lui-même qui s’occupe de créer ces consoles. Il vend les licences nécessaires à des prestataires externes. Quoiqu’il en soit, j’ai souvent vu et entendu parler de Mega Drive sorties incluant un grand nombre de jeux et surtout, compatible avec les cartouches originales. Si sur le papier, l’offre semble plus alléchante que celle de Nintendo, il ne faut pas oublier que les deux entreprises ne jouissent pas de la même image de marque. Dans les grandes lignes, l’âge d’or de SEGA s’est fait avec la Master System et la Mega Drive, avant de se « casser la gueule » au fur et à mesure des années pour devenir uniquement développeur de jeux. Depuis, ce n’est pas la qualité des jeux Sonic qui auront rendu à SEGA son succès d’antan.

Selection jeu

30 jeux parmi les plus grands en un !

Du côté de Nintendo, tout n’est pas rose non plus : l’entreprise n’a pas connu que le succès (en témoigne les ventes mitigées de la Nintendo 64, GameCube et plus récemment de la Wii U), mais aucun échec décisif n’est à signaler. Nous sommes en 2017 et Nintendo continue d’exister en temps que constructeur et développeur avec des jeux d’une grande qualité.
Là où je veux en venir c’est que les re-sorties de Mega Drive sont l’une des rares issues pour SEGA de rencontrer un potentiel succès commercial en jouant sur l’une de ces dernières cartes : la nostalgie. Une console proposant une compatibilité avec les cartouches d’origines permet de faire perdurer le succès d’antan de l’ex-constructeur.

Alors que pour Nintendo, la NES Mini n’est qu’une offre rétro parmi tant d’autres. L’image de marque de ce dernier n’ayant rien à envier à celle de son ex-concurrent. Et de ce fait, SEGA a moins à perdre que Nintendo, à tous les niveaux. La NES Mini est un produit officiel, son design est reconnaissable, son offre est claire et a été approuvé en interne. Contrairement aux consoles SEGA qui sont juste « sous licence ». Nous perdons donc un peu le côté symbolique et unique de la NES Mini car il ne s’agit pas de produits officiels et qu’il suffit d’acheter la licence à SEGA pour pouvoir créer sa Mega Drive. D’où le fait de proposer des produits plus accessibles en prix comme en possibilité pour attirer un maximum de joueurs.


Boite NES Mini

Même la boîte est classe !

J’aimerais maintenant faire un petit aparté sur le futur. Pouvons nous nous attendre à une « SNES Mini » étant donné que le public fut réactif à la sortie de sa grande soeur ? Théoriquement oui et même plutôt deux fois qu’une si nous écoutons les dernières rumeurs. Cela serait logique après tout. Seulement, il ne faut pas oublier que la NES Mini est sortie dans un contexte bien particulier. Fin 2016, Nintendo préparait discrètement le lancement de la Switch alors que la Wii U s’apprêtait à vivre son dernier Noël après de longs mois pénibles. Seulement, depuis que la Switch est sortie, la production de NES Mini fut momentanément stoppée afin de pouvoir répondre à la demande de la petite dernière de Big N, avant d’être définitivement arrêter. Avec le recul, je pense que Nintendo avait anticipé la chose en ne prévoyant qu’un certain stock, histoire d’alimenter artificiellement le côté collector de sa machine.
Serait-il donc vraiment judicieux, de la part de Nintendo de proposer une « SNES Mini » en marge des fêtes de fin d’année alors que la Switch devra affronter son premier Noël qui représente une période capitale ? J’entends par là que la production de Switch devra être suffisamment élevée pour satisfaire un maximum la demande. Son line-up devrait être un peu plus convainquant qu’à son lancement (avec notamment Zelda, Mario Kart, Splatoon et Mario). Bref, la Switch se doit de réussir sa première fin d’année pour espérer percer les années suivantes. Dans ce contexte, proposer une « SNES Mini » me semble quelque peu contre-productif. Bien que les deux consoles ne proposent pas la même expérience de jeu, je vois mal Nintendo essayer de les vendre en même temps alors que la priorité devra clairement être mise sur la Switch. Sauf si Nintendo anticipe son stock sans proposer de ré-approvisionnement histoire que tout soit défini à l’avance pour cette « SNES Mini« .


Quoiqu’il en soit, le marché du rétrogaming continue de faire parler de lui. Tant mieux si les constructeurs s’y intéressent, tant que les offres jonglent intelligemment entre nostalgie et qualité. A voir comment ce marché évoluera et comment Nintendo continuera d’allier passé et présent à travers ses consoles.

Fake SNES Mini

Arrivera t’elle un jour ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *