C’était… Super Smash Bros. for 3DS / Wii U

Super Smash Bros. est l’une de mes licences préférées. Je l’ai souvent dit et écrit dans mes précédentes vidéos et articles. Pourtant, malgré mon amour cette franchise, j’admets que les derniers épisodes de la série, à savoir Super Smash Bros. for 3DS et for Wii U, ne m’ont au final pas convaincu plus que ça, au point ne plus avoir envie d’y jouer. En effet, je ne ressens plus la même hype que j’ai eu lors des années précédentes avec Brawl, au point d’avoir déjà la sensation d’avoir fait le tour et ne plus vouloir faire de tournois.

Comment le joueur que je suis, criant sur tous les toits aimer Super Smash Bros., après plus de 6 ans de tournois en conventions et ayant dépassé les 1000h de jeu sur Brawl en est arrivé là ? C’est une longue histoire…


La hype pré-sortie

Logo Smash Direct

Les Smash Bros. Direct, source de hype infinie

Une histoire qui avait pourtant très bien commencé. Il est évident que j’attendais avec impatience le double successeur de SSBB. Le premier trailer à l’E3, les Nintendo Direct sur le jeu, les infos régulières, j’ai absolument tout suivi, du début jusqu’à la fin.
En prime, j’ai eu l’opportunité de tester à la Japan Expo et la Paris Games Week 2014 respectivement la version 3DS et Wii U avant leur sortie. J’ai même craqué pour la version 3DS en japonais tellement j’étais impatient et j’ai pu organiser les qualifications du tournoi national organisé par Nintendo. Alors quoi ? Pourquoi une telle déception après des mois d’attentes, de hype et de surprises ?


L’héritage trop présent

Il est clair que la version que les joueurs retiendront le plus, c’est la version Wii U. Mais étant extrêmement fan de Smash 3DS, mon premier lancement de la version sur console de salon m’a paru fade. Comme si j’étais déjà en terrain connu. Les versions 3DS et Wii U ont beau se différencier sur bien des points, cela reste fondamentalement le même jeu.

Mais cette impression de déjà vu ne s’arrête pas là. En effet, je trouve que l’on retrouve bien trop d’éléments des précédents jeux. Que ce soit les bruitages des menus repris de Brawl, les musiques ou les terrains, l’héritage accumulé au cours des années se fait malheureusement trop ressentir.

img02

Blurp… Vive les matchs à 8 !…

Alors certes, le mode solo a bien changé : toujours plus d’options, d’événements et de possibilités. Mais honnêtement, rien ne m’a vraiment marqué. Pour moi, le mode classique est complètement défiguré : cela ressemble plus à un enchainement de combats aléatoires où l’instinct de survie passe souvent avant l’envie de se battre pour espérer pouvoir passer à la prochaine étape.
Ensuite, les Commandes de Créa-Main et Dé-mainiaque n’apportent pas grand chose.
Et enfin, le mode Aventure, celui qui permettait de parcourir différents univers de Nintendo, qu’on pourrait presque qualifier de mode principal de Brawl, a tout simplement disparu.
À la place, nous avons l’Aventure Smash sur 3DS (très sympa bien qu’assez répétitif) et l’Odyssée Smash sur Wii U (un Mario Party-like qui m’ennuie plus qu’autre chose).

img03

Le mode classique, désormais relayé au rang d’Extra, au même titre que les options et le coffre…

Mais de manière générale, j’ai l’impression que la partie Solo de Smash Bros. 4 commence a être mise de côté vu la disposition des menus. Car à partir du moment où cette partie se cache dans le menu « Extra », c’est qu’il y a un soucis quelque part.

J’en viens à la conclusion des points précédents : pour moi, Super Smash Bros. 4 n’a pas d’identité propre. Ces deux jeux se reposent, encore une fois, trop sur les acquis des précédents épisodes et je ne vois pas de quelle nouveauté je me souviendrais, qui m’aurait spécialement marqué.


Entrainement, DLC et challenger

img04

Mon entraînement quotidien…

Mais malgré ça, j’ai tenté maintes et maintes fois d’accrocher au jeu, de trouver un perso qui me plaisait afin de commencer un sérieux entrainement. Le problème c’est qu’à partir de là, le mieux est de jouer contre des vrais joueurs et non pas contre des ordis niveau 9. Dans mon cas, j’ai la chance d’être relativement bien entouré de bons joueurs. Le soucis étant que lorsqu’on est seul à ne pas vouloir s’orienter vers le jeu compétitif, très vite, on perd le rythme et fatalement, on prend du retard. Jusqu’à devenir un punching-ball, ce qui est dévalorisant au possible.

img05

Fire Emblem : 6 persos dont un clone et 2 DLC…

Autre point qui m’a fortement déplu : les DLC. Je n’ai rien contre la pratique. Par contre, ce sont les choix par rapport aux personnages jouables qui m’ont déçus. Avec Mewtwo, puis Lucas, je pensais que Wolf serait l’ultime vétéran à revenir. Mais il n’en est rien. Et après avoir redécouvert le personnage sur Brawl, je pense que Sm4sh perd un bon combattant. Par contre, nous avons eu le retour de Roy de Fire Emblem. Série qui s’est fait un peu trop remarqué à mon goût bien avant que les premiers DLC soient annoncés. Au final, Corrin vint gonfler un peu plus les rangs de Fire Emblem.
Je n’ai rien contre cette série, mais je pense qu’elle est trop mise en avant, par rapport à ce qu’elle représente dans l’univers Nintendo (même si sa popularité n’a fait que croitre, surtout ces dernières années). D’autant plus que je rêvais de voir débarquer les Inkling de Splatoon.

img06

Splatoon, mon coup de coeur de la génération 3DS/Wii U

Splatoon, parlons-en. Si j’ai été réfractaire lors de son annonce, c’est clairement l’un de mes jeux préférés. Ma claque de ces dernières années. Mon coup de foudre comme je n’ai eu que rarement dans ma vie de joueur. Splatoon, c’est le jeu qui me donne envie de tester de nouvelles choses, de progresser toujours plus. Avec un Smash Bros. U qui m’a plus laissé de marbre qu’autre chose, Splatoon m’a fait grande impression. J’en veux pour preuve la répartition de mes heures de jeux : Splatoon a complètement éclipsé Sm4sh : il représente (en terme de temps passé), le jeu que j’attendais. Si j’en parle, c’est pour montrer que Splatoon n’a fait qu’enterrer un peu plus l’intérêt que j’avais pour Sm4sh.


Moi aussi, j’ai évolué

img07

Cette impression de liberté fait beaucoup de bien

Au fond, ce qui a joué un rôle capital dans cette vision pessimiste de Sm4sh, c’est avant tout mon recul. J’ai adoré Brawl, et j’attendais donc cette suite au tournant, pour avoir un jeu encore plus grand, plus profond. Dans les faits, Super Smash Bros. a pris une direction différente de ce que j’en attendais. Cela n’en fait pas un mauvais jeu, loin de là, mais il correspond « moins » à ma vision de la série.

Après, je dois bien avouer que le nouveau gameplay de ce Smash Bros. est des plus agréables. Et même si jouer à Brawl reste un plaisir, la maniabilité de Sm4sh est moins lourde, plus rapide et permet, il me semble, plus de possibilités. Sakurai nous parlait d’un mix entre Melee et Brawl; je suis assez d’accord avec lui à ce niveau.


Conclusion

Au final, ce que je retiendrais de Super Smash Bros. 4, c’est son entrée sur console portable parfaitement réussie. Cette version 3DS correspond à ce que j’attendais en terme de confort de jeu. C’est le genre de prise de risque que j’aime voir et qui est bien trop rare ces dernières années.

Est-ce que cela signifie que je n’aime plus Super Smash Bros. ? Que je ferai impasse sur le prochain épisode ? Tout est possible, et il est trop tôt pour émettre un tel jugement mais ce n’est pas ce que je veux. Je mesure tout ce que m’a apporté cette série et elle reste toujours l’une de mes favorites. Disons que je reste fâché avec cet épisode, sans tourner le dos à la série.
Sans rancune ? 🙂img08

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/02/2017

    […] mauvaise langue si j’écrivais que je n’ai pas passé de bons moments sur Wii U. Même si j’ai laissé tombé Super Smash Bros. for Wii U, je me suis bien amusé dessus. En même temps, avec plus de 300h à mon actif, dire le contraire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *